Ces médicaments dangereux qui détruisent les reins

Santé plus Aucun commentaire 504

pharmacie, médicaments

Les reins éliminent beaucoup de médicaments mais beaucoup de médicaments détruisent ses fonctions. Sans aucune douleur et sans symptômes particulier, de nombreux médicaments vont détruire les reins silencieusement. Anti-inflammatoires, diurétiques, chimiothérapie, produits amincissants … Avec ou sans ordonnance, certains sont particulièrement nocifs pour les reins.

Nous savons déjà que la prise de médicament chimiques n’est pas anodin, et que beaucoup de médicaments peuvent provoquer de nombreux effets secondaires différents et nuire à certains organes, pour les reins par exemple, ils sont responsables de près de 10% des insuffisances rénales aiguës. Savez-vous ce qu’est une insuffisance rénale aiguë ? Non ? Alors permettez-moi de vous dire deux mots sur le sujet.

Définition d’une insuffisance rénale aiguë 

Les reins on pour fonctions principales l’élimination des toxines du sang, et la régulation du métabolisme acido-basique du corps. L’insuffisance rénale aiguë est une défaillance brutale de ces fonctions, résultat ; des sécrétions urinaire en forte baisse, une rétention d’eau excessive avec risque aggravé d’œdème aux jambes et aux poumons, et dans le pire des cas une urémie, l’urée est retenue dans le sang, et cela peut être mortel.

Liste des médicaments les plus nocifs pour les reins

– Les analgésiques et anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS) comme: l’ibuprofène, naproxène, acéclofénac, acétaminophène … certains sont même vendus sans ordonnance et peuvent provoquer des insuffisances rénales graves.

– Les antirhumatismales comme : l’infliximab (Remicade), la chloroquine et l’hydroxychloroquine qui sont notamment utilisés pour traiter la polyarthrite rhumatoïde, le lithium, utilisé pour le trouble bipolaire.

– Les antibiotiques comme : la méthicilline, ciprofloxacine, vancomycine, les sulfamides.

– Les inhibiteurs COX-2 comme : Le célécoxib (Celebrex). Deux médicaments de ce type ont déjà été retirés du marché en raison de leur nocivité au niveau cardiovasculaire : le rofécoxib (Vioxx), et le valdécoxib (Bextra). Une soit disant amélioration d’AINS mis au point pour être plus « sûr » pour l’estomac, mais qui restent une catastrophe pour les reins.

– Les anticonvulsivants comme : La phénytoïne (Dilantin) et la trimethadione (Tridione) utilisés dans le traitement des crises convulsives.

– Les antiviraux comme : L’acyclovir (Zovirax) utilisé dans le traitement de l’herpès, l’indinavir et le ténofovir utilisés pour traiter le VIH.

– Traitement de l’hypertension artérielle comme : Le captopril (Capoten).

– Les traitements de chimiothérapie à base de : Interférons, pamidronate, cisplatine, carboplatine, cyclosporine, tacrolimus, quinine, mitomycine C, bevacizumab…

– Les antithyroïdiens comme : Le propylthiouracile utilisés pour traiter les hypothyroïdies.

– Les inhibiteurs de la pompe à protons comme : L’oméprazole (Prilosec), lansoprazole (Prevacid), pantoprazole (Protonix), rabeprazol (Rabecid et Aciphex), ésoméprazole (Nexium et Esotrex).

Conclusion 

Avant d’avaler n’importe quelle pilule chimique, posez-vous la question ; N’y a t’il pas quelques chose à faire au niveau de mon alimentation, de mon hygiène de vie ou des traitements naturels, avant de prendre des risques pour ma santé en avalant des toxines qui vont certes, peut-être améliorer mes symptômes, mais qui de toute façon ne vont pas résoudre mon souci et vont m’intoxiquer encore plus ?

 

BonCoinSanté

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

Remonter en haut