USA : première greffe des deux mains chez un enfant

Santé plus Aucun commentaire 198

greffe-mains

Le premier bilan de cette greffe, qui avait mobilisé en juillet 2015 quarante médecins et une intervention de dix heures aux Etats-Unis, a été publié mardi dans la revue médicale britannique The Lancet.

Après des mois de thérapie et de soutien psychologique, Zion Harvey, le jeune Américain, âgé de 10 ans aujourd’hui, a traversé des moments difficiles pendant les 18 premiers mois.

Il a reçu des traitements agressifs contre de nombreux rejets des greffes et de longs efforts pour l’aider à apprendre à se servir de ses nouvelles mains, écrivent les auteurs de ce rapport médical.

A l’issue de cette période, il était capable d’écrire, de s’alimenter et de s’habiller seul.

« Notre étude montre qu’une transplantation des mains est possible quand elle est soigneusement préparée et soutenue par une équipe de chirurgiens, de spécialistes des greffes, de thérapeutes professionnels, de psychologues et de travailleurs sociaux », explique Sandra Amaral, de l’hôpital pour enfants de Philadelphie, aux Etats-Unis, où l’opération a eu lieu.

Dans les jours ayant suivi la greffe des mains, il a pu bouger ses doigts. Grâce à la repousse des nerfs, l’enfant a pu, six mois après, contracter les muscles des mains et sentir au toucher. C’est alors qu’il a pu se nourrir seul et saisir un stylo pour écrire.

Selon les chercheurs, davantage de données sont nécessaires pour améliorer ces transplantations chez les enfants.

La première greffe des mains et des avant-bras a eu lieu en janvier 2000 à Lyon, en France, sur un homme de 33 ans.

BBC

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

Remonter en haut